Présentation de l'axe "Santé & perte d'autonomie"

Présentation :

Face à la hausse des dépenses de santé à hauteur de trois points de PIB prévue à l'horizon 2060, il est important de trouver des solutions durables au financement de la santé afin de préserver la solidarité intergénérationnelle. A travers de nombreuses études et conférences, la Chaire TDTE et ses chercheurs se sont intéressés à l’optimisation de l'organisation des hôpitaux français, à l'impact de la prévention, à la place du numérique dans la santé ainsi qu’au financement de la perte d’autonomie.


Travaux récents :

En 2018, deux principaux travaux ont été réalisés. Le premier, mené par Thomas Barnay (Université Paris-Est Créteil), Xavier Chojnicki (Université de Lille) et Lionel Ragot (Université Paris-Nanterre), portait sur l’impact d’une politique de prévention sur l’espérance de vie, le bienêtre et l’évolution des dépenses de santé. Le second, mené par Bruno Deffains et Claudine Desrieux (Université Panthéon-Assas), a étudié les modes de coopération possibles entre acteurs publics et privés dans l’offre de soins.

Au cœur de cet axe de recherche, la perte d'autonomie représente une thématique importante. Les travaux mis en place cherchent à résoudre le problème de financement associé à la dépendance qui prend une part de plus en plus importante dans le PIB.

Mathilde Aubouin (Chaire TDTE), sous la direction de Xavier Chojnicki et Lionel Ragot, a réalisé une étude sur le financement de la perte d'autonomie. Cette étude fournit une description détaillée de la population âgée de plus de 60 ans en France selon l'âge, le niveau de qualification, le lieu de vie et le degré de dépendance (GIR) mais aussi une seconde description des coûts et dépenses liés à la dépendance en France. Cela a permis de simuler dans le modèle MELETE la mise en place de quatre assurances dépendance obligatoires et leurs impacts macroéconomiques.

Sitara Khan (Chaire TDTE), sous la direction de Lionel Ragot, a réalisé une valorisation monétaire de l'aide informelle aux personnes âgées dépendantes. Dans cette étude, les aidants sont distingués selon leur âge et leur niveau de qualification. Les personnes dépendantes le sont selon leur âge, leur niveau de qualification et leur degré de dépendance (GIR).

Par ailleurs, Adeline Moret (Chaire TDTE) en collaboration avec le réseau EIDLL, et la Chaire TDTE, a réalisé un Survey : Vieillissement et Bien-être, dont l’objectif est d’étudier les liens entre bien-être et vieillissement, en détaillant les facteurs explicatifs du bien-être chez les personnes âgées.


Travaux en cours :

A l'aide du modèle MELETE, Xavier Chojnicki (Université de Lille) et Lionel Ragot (Université Paris-Nanterre) travaillent sur les structures possibles pouvant financer la perte d'autonomie et leurs impacts sur les finances publiques et la croissance. Faut-il mettre en place une assurance dépendance obligatoire ? Ou bien faire supporter toute l'augmentation des coûts par les pouvoirs publics ? Par les ménages ?

En parallèle, la Chaire TDTE s'interroge sur la prise en charge de nos aînés par les aidants, qui relève souvent d'une solidarité dans le cadre familial. Ces aidants dits informels peinent à concilier leur vie professionnelle et leur activité d'aidant. De ce fait, faut-il reconnaitre un statut pour ces aidants ? Leur attribuer une compensation financière ?

Au cours du dernier trimestre, la Chaire TDTE proposera un dispositif de financement de la perte d’autonomie prenant en compte les besoins à venir et reposant sur une assurance dépendance obligatoire. 


-----------------------------------


Presentation :

In response to the increase in expenditure by three percentage points of GDP projected for 2060, it is important to find sustainable solutions to healthcare financing in order to preserve the intergenerational solidarity. Through many studies and conferences, the TDTE Chair and its researchers were interested in the optimization of French hospital organization, the impact of the prevention, the opportunities of digital technology in health care and loss of autonomy financing.


Recent works

In 2018, two major studies were conducted. The first one, carried out by Thomas Barnay (Paris-Est Créteil University), Xavier Chojnicki (University of Lille) and Lionel Ragot (Paris-Nanterre University), focused on the impact of prevention policy on life expectancy, wellbeing and the evolution of health spending. The second one, developed by Bruno Deffains and Claudine Desrieux (Panthéon-Assas University), studied the possible cooperation behaviors between public and private actors in the care offer.

Within this research area, the loss of autonomy represents an important issue. Studies implemented seek to solve the problem of loss of autonomy financing which is concerning an increasing share of GDP.

Mathilde Aubouin (TDTE Chair), under the direction of Xavier Chojnicki and Lionel Ragot, carried out a study on the loss of autonomy financing. This study provides a detailed description of the population over 60 years of age, distinguishing people according to age, level of qualification, place of residence and level of loss of autonomy and another description of the costs and expenses associated to the loss of autonomy in France. The MELETE model has been used to simulate the implementation of four long-term care insurance scenarios and their macroeconomic impacts.

Sitara Khan (TDTE Chair), also under the direction of Lionel Ragot, published a financial evaluation of informal support for elderly suffering from a loss of autonomy. Informal caregivers are distinguished by age and level of qualification, and people with loss of autonomy are distinguished by age, level of qualification and level of loss of autonomy.

Adeline Moret (TDTE Chair), in collaboration with the EIDLL network and the TDTE Chair, carried out a survey which objective is to study the link between well-being and ageing, detailing factors that explain wellbeing of older people.


Ongoing works :

Using the MELETE model they developed, Xavier Chojnicki (University of Lille) and Lionel Ragot (Paris-Nanterre University) are working on the possible structures that can solve the problem of loss of autonomy financing and their impact on public finances and growth. Should compulsory long-term care insurance be introduced? Or should the entire increase in costs be supported by publics authorities? Or by households?

Moreover, the TDTE Chair is concerned about seniors’ care by caregivers, which is often based on solidarity within the family framework. These informal caregivers have difficulties to reconcile their professional life and caregiving activities.

During the last semester of 2019, the TDTE Chair will propose a system for loss of autonomy financing taking into account future needs and based on a compulsory long-term care insurance.