Manifeste aux listes européennes // La Société du Vieillissement

Le 21 mai 2019 par Sophie Parisel

La Chaire « Transitions démographiques, Transitions économiques » depuis dix ans mène des recherches sur l'économie du vieillissement dans les domaines de la retraite, de la santé, de la valorisation des patrimoines et de la formation tout au long de la vie.

Jean-Hervé LORENZI son directeur et Président du Cercle des économistes, François-Xavier ALBOUY directeur de recherche de la Chaire TDTE et Alain VILLEMEUR, directeur scientifique de la Chaire TDTE viennent de sortir "L'erreur de Faust : essai sur la Société du Vieillissement" Ed. Descartes & Cie, Paris. Ils versent avec Patrick ARTUS, Chef économiste de Natixis et Stéphane ROZÈS, Président de la société de conseil CAP, enseignant à Sciences Po et HEC, ce Manifeste au débat européen.

L'EUROPE DOIT GAGNER LA TRANSITION DEMOGRAPHIQUE

L’énorme erreur de cette campagne 2019 pour les élections européennes est que le sujet essentiel qui touche l’Europe n’a pas été évoqué. Nous entrons, en effet, dans une période unique de l'histoire humaine qui frappe tous les pays du Monde et particulièrement tous les pays d’Europe et qui est celle de la Société du Vieillissement

Le vieillissement est marqué dans tous les pays d’Europe, avec des pays en avance sur ce processus comme l’Allemagne, l’Italie et les prévisions des démographes montrent que ce phénomène devrait s’accélérer dans les prochaines années et toucher tous les pays. 

Bientôt un quart à un tiers de la population européenne passera près du tiers de sa vie en retraite, tout en possédant l’essentiel des patrimoines. Les perspectives de croissance, de main d’œuvre disponible et d’équilibre des comptes sociaux en seront brutalement affectées. 

Ces seniors européens, nombreux, éduqués, qui possèdent l'essentiel des patrimoines veulent, peuvent et doivent continuer à agir pour la société. 

Faute de quoi, la Société du Vieillissement tournera au cauchemar en fermant la porte aux plus jeunes et en refusant toute évolution politique ou sociale.

La Société du Vieillissement en Europe, c’est une politique pour une société d'activités continues permettant l'émergence de la prospérité et du bien-être à toutes les étapes de la vie. 

Le combat pour une Société du Vieillissement harmonieuse est possible et urgent et doit devenir un objectif politique prioritaire de l’Europe. C'est une politique exigeante et totalement nouvelle parce que la Société du Vieillissement change radicalement les équilibres économiques, sociaux et politiques. Cette harmonie se gagnera par une révolution des comportements et de la société :  

  • des conditions de vie et de revenus des seniors satisfaisants, 
  • une implication massive des seniors dans des activités associatives, bénévoles, altruistes, légèrement contraignantes qui aident la société, et qui en retour les aident à rester impliqués, actifs et en bonne santé. Il faut aussi que les seniors aient accès et soient encouragés à pratiquer des activités physiques, intellectuelles qui privilégient la permanence de l’acquisition de connaissances, et la priorité donnée à la recherche de la longévité en bonne santé.  

Cette révolution doit être traitée au niveau européen et l’Europe ne peut pas ignorer cette réalité ; de sa bonne gestion dépend l’avenir du continent et son rayonnement politique et économique dans le Monde.  

Mesdames et Messieurs les candidats, il vous faut donc vous positionner dans les jours qui viennent sur les questions prioritaires que sont : 

Comment favoriser la stabilité, la convergence des régimes de retraite en Europe ? Comment favoriser les activités socialisées des seniors et développer une société d’activités ? Comment lancer un programme européen pour aider la prévention des maladies chroniques et améliorer les conditions de travail ? Comment développer une société d’aide, en augmentant les moyens en faveur de la perte d’autonomie avec une priorité donnée à une assurance européenne dépendance obligatoire et un effort majeur pour développer un statut des aidants et des lieux d’accueil de proximité ? Comment favoriser la transmission des héritages avant le décès des parents pour permettre aux jeunes européens de s’installer dans la vie ou de lancer des entreprises ? 

Tous ces sujets sont d’une urgence absolue et pourquoi ne pas matérialiser cet accent mis sur une Société du Vieillissement harmonieuse par un programme Erasmus des seniors européens, programme d’échanges et d’initiations à l’économie des associations dans les domaines pour lesquels les seniors peuvent être utiles aux sociétés européennes et devenir de véritables citoyens européens ?

Contact : Sophie Parisel – sophie.parisel@tdte.fr / 06 08 87 81 27